C'est la pluie qui nous dit...


Que dire d'un ciel qu'aucun nuage brouille

Que conter d'un azur ou le regard s'ennuie

Quoi penser d'un drap bleu ou la lumière luit

Trompe l’œil au bonheur qu’aucun chagrin ne mouille


Soudain un cumulus s'en vient troubler l'hypnose

On lui donne une forme, on le trouve bien gris

Puis d'autres s'accumulent et des questions se posent

L'esprit qui s'endormait brusquemment s'épanouit


On regarde plus loin que le soleil du jour

On voit à l'horizon l'orage qui promet

Du feu dans les étoiles, et la peur et le bruit

Et on ne pense plus aux menteurs qui s’enfuient


Vois, quand le ciel noircit, l’innocent qui pâlit

Il cherche quelque part ou abriter ses os

Rieur insouciant il tremble ou s 'évanouit

Le gentil, le méchant, se mêlent, sous les eaux


…C’est la pluie qui nous dit… que l’on est tout petit, c’est le ciel qui nous gronde et pour qu’on se réveille pleure et nous inonde


Puis le calme revient, les démons apaisés

Vers les cieux, les regards, implorent la pitié

Méprisants et repus les nuages s’écartent

Et le soleil, sournois, redistribue les cartes


Alors, le doux rêveur, le poète isolé

Plein de ce souvenir emmène ses pensées

Et regrette déjà, ce moment précieux

Ou, oubliant l’humain, il côtoya les dieux



…C'est la pluie qui nous dit…que l’on est tout petit, c'est le ciel qui nous gronde et pour qu’on se réveille pleure et nous inonde

…C'est la pluie qui nous dit… que l’on est tout petit, c’est le ciel qui nous gronde et pour qu’on se réveille , pleure et nous inonde

  


Richard Proust/Michel Douilly

Chant James DREW